Friday, 28 August 2015

Lost in the turning of diurnal tides

Trois photos en ce matin paisible où s'est levé dans la brume le spectacle du jour.

Night falls away and fades along the breeze,
Lost in the turning of diurnal tides,
The morning, like a pallid virgin, glides
In cool seclusion 'mid the spectral trees;

And I, more early risen than the bees
Whose tardy wooing the laburnum chides,
Am ravished by an undersong that bides
The lapsing of the leafy harmonies.

I lift my lips to meet the kiss of Morn,
Breathing the breath of Day's sweet maiden-time.
And feel within my spirit, loverwise,
The deep, divine elation sometimes born
Of strains of music or a far-off chime
Or love-light lambent...

Francis Howard Williams



Satie by the lake...


Saturday, 8 August 2015

Un vendredi à l'Ile d'Orléans

Quoi de plus suave que la brise estivale ?
Quoi de plus charmeur que le subtil ronronnement
Qui se pose une seconde sur une fleur épanouie,
Et bourdonne gaiement de bocage en bocage ?
Quoi de plus paisible d'une rose musquée fleurissant
Dans une île verdoyante complètement ignorée des hommes ?

John Keats




Saturday, 1 August 2015

Fellini le chaton...

C'est l'esprit familier du lieu,
Il juge, il présider il inspire
Toutes choses dans son empire ;
Peut-être est-il fée, - est-il Dieu ?

Guy de Maupassant : Sur les chats. Voir un texte publié dans Gil Blas du 9 février 1886, puis dans le recueil La petite Roque.

Maupassant a fondé avec Alexandre Dumas une ligue pour la défense des félins.