Wednesday, 30 May 2012

I ache for the touch of your lips, dear...

I ache for the touch of your lips, dear,
But much more for the touch of your whips, dear.
You can raise welts
Like nobody else,
As we dance to the masochism tango...

At your command
Before you here I stand,
My heart is in my hand. ecch!
It's here that I must be.
My heart entreats,
Just hear those savage beats,
And go put on your cleats
And come and trample me.
Your heart is hard as stone or mahogany,
That's why I'm in such exquisite agony.

My soul is on fire,
It's aflame with desire...

The Masochism Tango

Saturday, 26 May 2012

Avec un autre bruit...

Les portes glissent
Avec un autre bruit
Les matins de printemps

Tsutsui Rika, Grand Almanach Poétique Japonais
Traduction et adaptation par Alain Kevern

Ohimè, dov'è il mio ben (prima parte) by Sonia Wieder-Atherton on Grooveshark

Monday, 21 May 2012

I wonder what it feels like to be drowned?

Look at my knees,
That island rising from the steamy seas!
The candles a tall lightship; my two hands
Are boats and barges anchored to the sands,
With mighty cliffs all round;
They’re full of wine and riches from far lands….
I wonder what it feels like to be drowned?

I can make caves,
By lifting up the island and huge waves
And storms, and then with head and ears well under
Blow bubbles with a monstrous roar like thunder,
A bull-of-Bashan sound.
The seas run high and the boats split asunder….
I wonder what it feels like to be drowned?

The thin soap slips
And slithers like a shark under the ships.
My toes are on the soap-dish—that’s the effect
Of my huge storms; an iron steamer’s wrecked.
The soap slides round and round;
He’s biting the old sailors, I expect….
I wonder what it feels like to be drowned?

Robert Graves, I Wonder What It Feels Like To Be Drowned?

the blue-skinned waltz by Rachel's on Grooveshark

Sunday, 20 May 2012

And kiss the crumbling window-sill, through the window I can see...

Here in turn succeed and rule
Carter, smith, and village fool,
Then again the place is known
As tavern, shop, and Sunday-school;
Now somehow it’s come to me
To light the fire and hold the key,
Here in Heaven to reign alone.

All the walls are white with lime,
Big blue periwinkles climb
And kiss the crumbling window-sill;
Snug inside I sit and rhyme,
Planning, poem, book, or fable,
At my darling beech-wood table
Fresh with bluebells from the hill.

Through the window I can see
Rooks above the cherry-tree,
Sparrows in the violet bed,
Bramble-bush and bumble-bee,
And old red bracken smoulders still
Among boulders on the hill,
Far too bright to seem quite dead.

But old Death, who can’t forget,
Waits his time and watches yet,
Waits and watches by the door.
Look, he’s got a great new net,
And when my fighting starts afresh
Stouter cord and smaller mesh
Won’t be cheated as before.

Nor can kindliness of Spring,
Flowers that smile nor birds that sing,
Bumble-bee nor butterfly,
Nor grassy hill nor anything
Of magic keep me safe to rhyme
In this Heaven beyond my time.
No! for Death is waiting by.

Robert Graves, The Cottage

Seratonin by Rachel's on Grooveshark

Friday, 18 May 2012

How naked go the sometimes nude...

For me, the naked and the nude
(By lexicographers construed
As synonyms that should express
The same deficiency of dress
Or shelter) stand as wide apart
As love from lies, or truth from art.

Lovers without reproach will gaze
On bodies naked and ablaze;
The Hippocratic eye will see
In nakedness, anatomy;
And naked shines the Goddess when
She mounts her lion among men.

The nude are bold, the nude are sly
To hold each treasonable eye.
While draping by a showman's trick
Their dishabille in rhetoric,
They grin a mock-religious grin
Of scorn at those of naked skin.

The naked, therefore, who compete
Against the nude may know defeat;
Yet when they both together tread
The briary pastures of the dead,
By Gorgons with long whips pursued,
How naked go the sometimes nude!

Robert Graves, The Naked And The Nude

M. Daguerre by Rachel's on Grooveshark

Sunday, 13 May 2012

Perles d'une pluie...

Aux branches mortes
Perles d'une pluie de printemps
Rondeur du jour

Takahama Kyoshi, Grand Almanach Poétique Japonais
Traduction et adaptation par Alain Kevern

Friday, 11 May 2012

Sanctuaire du silence...

Paix
Sanctuaire du silence
Dont j'ai fait le tour

Taigi, Grand Almanach Poétique Japonais
Traduction et adaptation par Alain Kevern

Thursday, 10 May 2012

Sous un voile de lune...

Sous un voile de lune
ombre de fleur
ombre de femme!

Sôseki Natsume, 1867-1916

Lotus by Suilen on Grooveshark

Monday, 7 May 2012

But she breaks just like a little girl...

Nobody feels any pain
Tonight as I stand inside the rain
Everybody knows that baby's got new clothes
But lately I see her ribbons and her bows
Have fallen from her curls

She takes just like a woman, yes, she does
And she makes love just like a woman, yes, she does
And she aches just like a woman
But she breaks just like a little girl

Queen Mary, she's my friend
Yes, I believe, I'll go see her again
Nobody has to guess that baby can't be blessed
Till she finally sees that she's like all the rest
With her fog, her amphetamine and her pearls

She takes just like a woman, yes, she does
And she makes love just like a woman, yes, she does
And she aches just like a woman
But she breaks just like a little girl

It was raining from the first
And I was dying there of thirst, so I came in here

When your longtime curse hurts
But what's worse is this pain in here
I can't stay in here, ain't it clear that
I just can't fit?
Yes, I believe it's time for us to quit
When we meet again introduced as friends
Please don't let on that you knew me when
I was hungry and it was your world

Ah, you fake just like a woman, yes, you do
And you make love just like a woman, yes, you do
Then you ache just like a woman
But you break just like a little girl

Charlotte Gainsbourg, Just like a woman (Bob Dylan...)

Just Like A Woman by Gainsbourg, Charlotte And Calexico on Grooveshark

Friday, 4 May 2012

C’est alors qu’apparut le renard...

C’est alors qu’apparut le renard :
« Bonjour, dit le renard.
— Bonjour, répondit poliment le petit prince, qui se tourna mais ne vit rien.
— Je suis là, dit la voix, sous le pommier...

— Qui es-tu ? dit le petit prince. Tu es bien joli…
— Je suis un renard, dit le renard.
— Viens jouer avec moi, lui proposa le petit prince. Je suis tellement triste…
— Je ne puis pas jouer avec toi, dit le renard. Je ne suis pas apprivoisé.
— Ah ! pardon », fit le petit prince.
Mais après réflexion, il ajouta :
« Qu’est-ce que signifie « apprivoiser » ?

— C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie « Créer des liens… »
— Créer des liens ?
— Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’a pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde…
— Je commence à comprendre, dit le petit prince. Il y a une fleur… je crois qu’elle m’a apprivoisé…
— C’est possible, dit le renard. On voit sur la Terre toutes sortes de choses…

« Ma vie est monotone. Je chasse les poules, les hommes me chassent. Toutes les poules se ressemblent, et tous les hommes se ressemblent. Je m’ennuie donc un peu. Mais si tu m’apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Je connaîtrai un bruit de pas qui sera différent de tous les autres. Les autres pas me font rentrer sous terre. Le tien m’appellera hors du terrier, comme une musique. Et puis regarde ! Tu vois, là-bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c’est triste ! Mais tu a des cheveux couleur d’or. Alors ce sera merveilleux quand tu m’auras apprivoisé ! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé… »
Le renard se tut et regarda longtemps le petit prince :
« S’il te plaît… apprivoise-moi ! dit-il.
— Je veux bien, répondit le petit prince, mais je n’ai pas beaucoup de temps. J’ai des amis à découvrir et beaucoup de choses à connaître.
— On ne connaît que les choses que l’on apprivoise, dit le renard.

— Que faut-il faire ? dit le petit prince.
— Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t’assoiras d’abord un peu loin de moi, comme ça, dans l’herbe. Je te regarderai du coin de l’œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t’asseoir un peu plus près… »
Le lendemain revint le petit prince.

« Il eût mieux valu revenir à la même heure, dit le renard. Si tu viens, par exemple, à quatre heures de l’après-midi, dès trois heures je commencerai d’être heureux. Plus l’heure avancera, plus je me sentirai heureux. À quatre heures, déjà, je m’agiterai et m’inquiéterai ; je découvrira le prix du bonheur ! Mais si tu viens n’importe quand, je ne saurai jamais à quelle heure m’habiller le cœur… il faut des rites.
— Qu’est-ce qu’un rite ? dit le petit prince.
— C’est aussi quelque chose de trop oublié, dit le renard. C’est ce qui fait qu’un jour est différent des autres jours, une heure, des autres heures. Il y a un rite, par exemple, chez mes chasseurs. Ils dansent le jeudi avec les filles du village. Alors le jeudi est jour merveilleux ! Je vais me promener jusqu’à la vigne. Si les chasseurs dansaient n’importe quand, les jours se ressembleraient tous, et je n’aurais point de vacances. »
Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l’heure du départ fut proche :
« Ah ! dit le renard… je pleurerai.
— C’est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t’apprivoise…
— Bien sûr, dit le renard.
— Mais tu vas pleurer ! dit le petit prince.
— Bien sûr, dit le renard.
— Alors tu n’y gagnes rien !
— J’y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé. »

Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince

Wednesday, 2 May 2012

Le soleil dardait ses rayons... de bicyclette...

Je m'en allais chercher des oies
Du côté de Fouilly les oies
A bicyclette.
Soudain, qui vois-je devant moi ?
Une belle fille au frais minois
A bicyclette.
En arrivant à sa hauteur
J'y fais un sourire enchanteur
A bicyclette.
Elle rit aussi, on parle alors
Et elle me dit dans nos transports
A bicyclette :

"Est-ce que vous êtes coureur ?
- Non j'ne suis pas coureur.
- Ah ! c'que vous êtes menteur !
- Moi, je suis balayeur.
- Avez-vous fait le tour ?
- Tour de France Non mais j'ai fait des tours Des détours des contours Et même d'autres tours...
"Des tours de quoi ?", qu'em'dit.
- Des tours d'vélo pardi !
- Vous êtes un blagueur. Ah ! c'que vous êtes coureur !

Vous parlez d'un raisonnement.
Pfé ! Dans les champs chantaient les grillons
Le soleil dardait ses rayons
De bicyclette.
Elle voulait que je chante un brin
Mais à cela j'ai mis un frein
De bicyclette.
Près d'un tournant y avait un bois
Où l'on se dirigea, ma foi
A bicyclette.
Mais comme elle roulait près de moi
Voilà qu'em'fait presqu'à mi-voix A bicyclette...