Friday, 21 January 2011

Le vent qui fait tourner les algues dans les flots . . .


– Ce soir mélancolique où les cieux sont troublés,
Où l’air appesanti couve son noir orage,
J’entends ces voix d’amour et ces coeurs exilés
Secouer la fureur de leurs mille mirages!

Le vent qui fait tourner les algues dans les flots
Et m’apporte l’odeur des nuits de Dalmatie,
Guide jusqu’à mon coeur ces suprêmes sanglots.
— O folie, ô sublime et sombre poésie!


Anna de Noailles, L’Île des folles à Venise, Les Vivants et les Morts (1913)


Robert de Visée, Tombeau pour Mesdemoiselles De Visée

Wednesday, 19 January 2011

Rêve. N’aie pas froid...


Ne dis rien. Rêve. N’aie pas froid;
C’est moi qui parle et qui t’embrasse;
Laisse-moi répandre sur toi,
Comme le doux vent dans les bois,
Ce murmure immense, à voix basse…


Anna de Noailles, LXIX, Poème de l’amour (1924)


Gabriel Fauré - Romance sans Paroles Op 17, No 3 - Piano