Friday, 29 January 2010

La musique aussi est une langue humaine...


Tandis que les actrices déclamaient avec de grands gestes étranges, Sainte-Colombe chuchotait à l'oreille de Marais:
«Voilà comment s'articule l'emphase d'une phrase. La musique aussi est une langue humaine.»
(...)La neige avait cessé de tomber mais arrivait à la hauteur de leurs bottes.


Pascal Quignard, Tous les matins du monde...


Marin Marais, Sonnerie de Sainte Geneviève du Mont de Paris

Saturday, 23 January 2010

L'aria...


Il neigeait quand ils sortirent de la maison de Monsieur Sainte Colombe. Ce dernier était enveloppé dans une grande cape brune et on ne voyait que ses yeux sous son carré de laine. Ce fut l'unique fois où Monsieur Marais vit son maître au-dehors de sont jardin ou de sa maison. Il passait pour ne jamais les quitter. Le vent sifflait; leurs pas faisaient craquer la terre prise de gel. Sainte Colombe avait saisi son élève par le bras et posait son doigt sur ses lèvres en signe de se taire. Ils marchaient bruyamment, le haut du corps penché vers la route, luttant contre le vent qui venait frapper leurs yeux ouverts.

«Vous entendez, Monsieur, cria-t-il, comment se détache l'aria par rapport à la basse.»


Pascal Quignard, Tous les matins du monde


Sainte-Colombe - Suite for Solo Viola da Gamba - Mov. 1-2/5

Tuesday, 19 January 2010

Peins-moi, Janet, peins-moi, je te supplie...

Peins-moi, Janet, peins-moi, je te supplie
Dans ce tableau les beautés de m'amie
De la façon que je te les dirai.
Comme importun je ne te supplierai
D'un art menteur quelque faveur lui faire :
Il suffit bien si tu la sais portraire
Ainsi qu'elle est, sans vouloir déguiser
Son naturel pour la favoriser,
Car la faveur n'est bonne que pour celles
Qui se font peindre, et qui ne sont pas belles.(...)


Pierre de RONSARD (1524-1585), Elégie à Janet, peintre du roi...


Tomaso ALBINONI (1671 - 1751), Adagio - Concerto pour hautbois, Opus 9-2

Sunday, 17 January 2010

Des aubes frêles...


Entre le corps et l'âme, il n'y a qu'un souffle, qu'une haleine fraiche de givre dans le matin et le soleil sans tain...
Fugace, de glace...
Des aubes frêles
Des pôles et des trépas

Gaëna da Sylva


Amiina, Sexfaldur

Saturday, 16 January 2010

Widow's veil...


What was sent to the soldier's wife
From the ancient city of Prague ?
From Prague came a pair of high heeled shoes,
With a kiss or two came the high heeled shoes
From the ancient city of Prague.

What was sent to the soldier's wife
From Oslo over the sound ?
From Oslo he sent her a collar of fur,
How it pleases her, the little collar of fur
From Oslo over the sound.

What was sent to the soldier's wife
From the wealth of Amsterdam ?
From Amsterdam, he got her a hat,
She looked sweet in that,
In her little Dutch hat
From the wealth of Amsterdam.

What was sent to the soldier's wife
From Brussels in Belgian land ?
From Brussels he sent her the laces so rare
To have and to wear,
All those laces so rare
From Brussels in Belgian land.

What was sent to the soldier's wife
From Paris, city of light ?
From Paris he sent her a silken gown,
It was ended in town, that silken gown,
From Paris, city of light.

What was sent to the soldier's wife
From the South, from Bucharest ?
From Bucharest he got her this shirt
Embroidered and pert, that Rumanian shirt
From the South, from Bucharest.

What was sent to the soldier's wife
From the far-off Russian land ?
From Russia he sent her a widow's veil
For her dead to bewail in her widow's veil
From the far-off Russian land,
From the far-off Russian land.


Kurt Weill, Ballad Of The Soldier's Wife


Sunday, 10 January 2010

Par le hublot de son château, Bozo...


Dans un marais
De joncs mauvais
Y avait
Un vieux château
Aux longs rideaux
Dans l'eau

Dans ce château
Y avait Bozo
Le fils du matelot
Maître céans
De ce palais branlant

Par le hublot
De son château
Bozo
Voyait entrer
Ses invités
Poudrés

De vieilles rosses
Traînant carrosse
Et la fée Carabosse
Tous y étaient
Moins celle qu'il voulait...

Vous devinez
Que cette histoire
Est triste à boire
Puisque Bozo
Le fou du lieu
Est amoureux

Celle qu'il aime
N'est pas venue
C'est tout entendu
Comprenez ça
Elle n'existe pas...

Ni le château
Aux longs rideaux
Dans l'eau
Ni musiciens
Vêtus de lin
Très fin

Y a que Bozo
Vêtu de peau
Le fils du matelot
Qui joue dans l'eau
Avec un vieux radeau

Si vous passez
Par ce pays
La nuit
Y a un fanal
Comme un signal
De bal

Dansez, chantez
Bras enlacés
Afin de consoler
Pauvre Bozo
Pleurant sur son radeau...


Félix Leclerc, Bozo...

Wednesday, 6 January 2010

La province dort sous la lune...


Un oiseau traverse la place
Un piano se plaint au lointain(...)
Un chien hurle

Moi, je suis seule dans ce monde... (imaginaire)
Je rêve...

La province dort sous la lune
La nuit tombe
La nuit gémit

Les fenêtres déjà s'allument...
Et là-bas, bat le coeur...


Mouloudji, Province Blues

Tuesday, 5 January 2010

Et le vent m'a soufflé...


Des yeux bruns pour le jour
Des yeux verts pour l'amour
Ton visage
Des yeux que j'aimerai
Pour deux éternités
Ton visage
Une bouche à jamais
Douce comme un secret
Ton visage
Il est beau, il est chaud
Il est ma fleur de peau
Ton visage
En me fermant les yeux
Je le devine au creux
Des nuages

J'ai dû fermer les yeux
J'aurais dû faire un noeud
Aux nuages
Le vent s'est retourné
Et la vie m'a soufflé
Ton visage
Et puis j'ai voyagé
Pour tâcher d'oublier
Ton visage
Mais il reste collé
Dressé sur mon passé
Qui s'ennuie
Et je le redessine
Et le vent le resouffle
Ton visage

Je suis capitaine
D'un bateau de peine
Qui ne coulera jamais
J'ai deux fois la peine
De cent capitaines
Qui ne s'embarqueront plus

Et je me suis saoulé
Pour tâcher d'oublier
Ton visage
Et je me saoule encore
A jeun et à tribord
Quel voyage
Hier c'était demain
Demain ce s'ra toujours
Ton visage
Qui s'entête à coller
Comme un drapeau mouillé
En retraite
Et je le redessine
Et le vent le resouffle
Ton visage


Félix Leclerc, Ton visage...


Monday, 4 January 2010

Rising... Lhasa de Sela... {1972 – 2010}


I got caught in a storm
And carried away
I got turned, turned around

I got caught in a storm
That's what happened to me
So I didn't call
And you didn't see me for a while

I was rising up
Hitting the ground
And breaking and breaking

I was caught in a storm
Things were flying around
And doors were slamming
And windows were breaking
And I couldn't hear what you were saying
I couldn't hear what you were saying
I couldn't hear what you were saying

I was rising up
Hitting the ground
And breaking and breaking

Rising up
Rising up


Lhasa de Sela... Rising...

Communiqué officiel...

Sunday, 3 January 2010

Till Christmas time next year...


A Soul Cake, a Soul Cake...

Go down into the cellar
And see what you can find;
If the barrels are not empty
We'll hope that you'll be kind;
We'll hope that you'll be kind
With your apple and your pear,
And we'll come no more a-soulin'
Till Christmas time next year.

A Soul Cake, a Soul Cake...

The streets are very dirty,
Me shoes are very thin,
I have a little pocket
To put a penny in;
If you haven't got a penny
A ha'penny will do,
If you haven't got a ha'penny
Then God bless you.

A Soul Cake, a Soul Cake...


Sting, Soul Cake...


Sting, Soul Cake - If On A Winter's Night

Saturday, 2 January 2010

Au pays des bois quand les neiges étouffent les soirs...


Montent dans le conduit vers la nuit froide
De l’heure passive où tout somnole
Flammes mutines, butinent les pétales de cendres.
Rouges, oranges de jour levant au pays couchant
Et du monde qui ouvre le portail de fonte
Subjugue lentement, fluide apesanteur
Souffle, particule où s’épanche l’illusion.
L’enfant, l’oiseau de feu, la libellule bleue...
La chaleur à foison...

Les fées chaudes à l’amour tendent les ailes et soufflent des fumées…
Ouvrent les flammes comme cuisse légère et emportent, étourdissent…

Gaëna da Sylva


Julian Lloyd Webber, «Ritual Fire Dance» de Manuel de Falla