Tuesday, 30 June 2009

Je vous demande, en définitive, de me donner votre foi sans me connaître, d’aimer avec moi la même image imprévisible…


J’ai des idées de gestes sans maladresse, de voix inouïes, de sueurs incalculables. (…) et malgré cette lanterne que vous apercevez là, au bout de mon stylo, je ne parviens pas à en souligner les contours, à en noircir les ombres. Je voudrais l’ourler, en quelque sorte, ce personnage que je n’ai fait qu’ourdir… Me comprenez-vous?

(…)

Je vous demande, en définitive, de me donner votre foi sans me connaître, d’aimer avec moi la même image imprévisible…


Philippe Léotard, Cinéma...

Saturday, 20 June 2009

J'aime dans le temps Clara D'Ellébeuse...

J'aime dans le temps Clara d'Ellébeuse,
l'écolière des anciens pensionnats,
qui allait, les soirs chauds, sous les tilleuls
lire les magazines d'autrefois.

Je n'aime qu'elle, et je sens sur mon coeur
la lumière bleue de sa gorge blanche.
Ou est-elle? Où donc était ce bonheur?
Dans sa chambre claire il entrait des branches.

Elle n'est peut-être pas encore morte
— ou peut-être que nous l'étions tous deux.
La grande cour avait des feuilles mortes
dans le vent froid des fins d'été très vieux.

Te souviens-tu ces plumes de paon,
dans un grand vase, auprès des coquillages? . . .
on apprenait qu'on avait fait naufrage,
on appelait Terre-Neuve: le Banc.

Viens, viens, ma chère Clara d'Ellébeuse:
aimons-nous encore si tu existes.
Le vieux jardin a de vieilles tulipes.
Viens toute nue, ô Clara d'Ellébeuse.

Francis Jammes

Sunday, 7 June 2009

Où dans la rosée rose, se peignent les lapins...

(...)Je regarde les bois luisants et noirs s'étendre
Comme de grands morceaux de feuille de silence.

(...)Je voudrais être pareil au joli matin
Où dans la rosée rose, se peignent les lapins.

(...)Les geais d'azur feraient un ciel qui chanterait
dans la chaleur glacée de la grande forêt.


Francis Jammes, Pour avoir la foi dans la forêt...

Friday, 5 June 2009

Le baume végétal qui flotte dans l'air bleu...


Les pesants papillons ont alangui les fleurs,
Le cytise odorant et la belle mélisse
Infusent doucement dans la grande chaleur...

Le baume végétal qui flotte dans l'air bleu
Enduit d'un miel léger son âme complaisante...


Anna de Noailles, Bittô...


Monday, 1 June 2009

Le magnolia inimitable de la nuit...

Le chat rêve et ronronne dans la lutherie brune. Il scrute le fond de l'ébène et de biais lape à distance le tout vif acajou. C'est l'heure où le sphinx de la garance détend par milliers sa trompe autour de la fontaine de Vaucluse et où partout la femme n'est plus qu'un calice débordant de voyelles en liaison avec le magnolia inimitable de la nuit.

André Breton, Femme et oiseau...