Saturday, 31 January 2009

Life, like a dome of many-coloured glass...

With hue like that when some great painter dips
His pencil in the gloom of earthquake and eclipse.

Life, like a dome of many-coloured glass,
Stains the white radiance of eternity.


Percy Bysshe Shelley...

Thursday, 29 January 2009

Tous les matins du monde sont sans retour...

Les images ne sont pas faites pour la lumière. - Tout rêve le sait et chaque nuit le prouve. (...)
Qui a mis de l'image dans la nuit? Le rêve.

Pascal Quignard... Vie secrète...

Wednesday, 28 January 2009

...dans la ténèbre, un souffle amer de fleur...

Et sur le linge où l'aube insensible se plisse,
Tombe, d'un bras de glace effleuré de carmin,
Toute une main défaite et perdant le délice
A travers ses doigts nus dénoués de l'humain.

Paul Valery

Tuesday, 27 January 2009

I can see it all from here...

...hold still a while
don’t spill the wine
I can see it all from here
I can see
I can see
weather systems of the world

and every time you turn the soil
another cloud begins to boil...

Andrew Bird... Weather Systems

Monday, 26 January 2009

Where the winds hit heavy on the borderline...

Well, if you're travelin' in the north country fair,
Where the winds hit heavy on the borderline,
Remember me to one who lives there.
She once was a true love of mine.

Well, if you go when the snowflakes storm,
When the rivers freeze and summer ends,
Please see if she's wearing a coat so warm,
To keep her from the howlin' winds.

Please see for me if her hair hangs long,
If it rolls and flows all down her breast.
Please see for me if her hair hangs long,
That's the way I remember her best.


Bob Dylan... Girl From The North Country, 1963.

Wednesday, 21 January 2009

With a cloud over head...

Ruby rises at dawn
With a sigh and a yawn
And a dream lingers on
In her dream she’s a swan

With a cloud over head
Ruby swims out of bed
She removes from her hair
Monsters made out of air
And she screams with no sound
As her feet touch the ground...

Oren Lavie...

Wednesday, 14 January 2009

Like a boat out of the blue...


When you wish upon a star
Makes no difference who you are
Anything your heart desires
Will come to you

If your heart is in your dreams
No request is to extreme
When you wish upon a star
As dreamers do

Fate is kind
She lives to those who love
The sweet fulfillment of their secret longings
Like a boat out of the blue
Fate steps in and see's you through...

Saturday, 10 January 2009

Les soldats seront troubadours...

Quand les hommes vivront d'amour,
Il n'y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours
Mais nous nous serons morts, mon frère

Quand les hommes vivront d'amour,
Ce sera la paix sur la terre
Les soldats seront troubadours,
Mais nous nous serons morts, mon frère

Dans la grande chaîne de la vie,
Où il fallait que nous passions,
Où il fallait que nous soyons,
Nous aurons eu la mauvaise partie

Quand les hommes vivront d'amour,
Il n'y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours,
Mais nous nous serons morts, mon frère

Mais quand les hommes vivront d'amour,
Qu'il n'y aura plus de misère
Peut-être songeront-ils un jour
À nous qui serons morts, mon frère

Nous qui aurons aux mauvais jours,
Dans la haine et puis dans la guerre
Cherché la paix, cherché l'amour,
Qu'ils connaîtront alors mon frère

Dans la grande chaîne de la vie,
Pour qu'il y ait un meilleur temps
Il faut toujours quelques perdants,
De la sagesse ici-bas c'est le prix

Quand les hommes vivront d'amour,
Il n'y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours,
Mais nous serons morts, mon frère.

Saturday, 3 January 2009

A travers la forêt des spontanéités...

A travers la forêt des spontanéités,
Écartant les taillis, courant par les clairières.
Et cherchant dans l'émoi des soifs aventurières
L'oubli des paradis pour un instant quittés,

Inquiète, cheveux flottants, yeux agités,
Vous allez et cueillez des plantes singulières,
Pour parfumer l'air fade et pour cacher les pierres
De la prison terrestre où nous sommes jetés.

Et puis, quand vous avez groupé les fleurs coupées,
Vous vous ressouvenez de l'idéal lointain,
Et leur éclat, devant ce souvenir, s'éteint.

Alors l'ennui vous prend. Vos mains inoccupées
Brisent les pâles fleurs et les jettent au vent.
Et vous recommencez ainsi, le jour suivant.


Charles Cros...